TÊTES DE MORT ET OS CROISÉS

L’Histoire du crâne et les tibias croisées et du symbole de poison

Le symbole du crâne et les tibias en croix, avec toute sa popularité, est aussi l’un des symboles les plus ambigus si on parle de son histoire. Le symbole est couramment associé au Jolly Roger, un drapeau avec un crâne et deux os croisés que les pirates utiliseraient pour identifier leurs navires.

L’origine du symbole, cependant, est un mystère non résolu qui fait reculer les historiens de deux mille ans.

Histoire

tetes-de-mort-et-tutankamon

Le symbolisme du crâne et des os croisés a ses traces dans l’antiquité. Il a d’abord été vu sur la tombe de Toutankhamon dans l’Egypte ancienne, avec une disposition en croix diagonale.

Un bâton ou sceptre était le symbole du pouvoir universel. Le fléau d’armes (sur le côté gauche de l’image ci-dessuos) utilisé pour battre les animaux et même les gens et montrer l’autorité tandis que bâton ou houlette (côté droit de l’image) était utilisé pour tirer les animaux errants par le cou sans leur causer de mal.

Histoire Médiévale

Les chevaliers templiers

Il est largement admis que le crâne et les os croisés ont été utilisés pour la première fois par les chevaliers templiers au Moyen Age. Les templiers ou chevaliers templiers, parfois documentés comme l’Ordre du Temple, les Pauvres Compagnons-Soldats du Christ et le Temple de Salomon était la plus grande association caritative pendant près de deux siècles, surtout après qu’elle a été officiellement approuvée par l’Église catholique en 1129. Ses membres pacifistes sont devenus connus pour de nombreuses bonnes actions, ainsi que pour l’introduction supposée du symbole du crâne et les tibias croisées.

Selon la légende maçonnique, le crâne et les os croisés sont les os de Jackes de Molay. Dans un effort pour s’emparer des richesses des Templiers, l’Église ordonna la dissolution de la société. De Molay, le 23e et dernier Grand Maître des Chevaliers, fut brûlé vif par l’Église. Quand trois des Templiers sont venus chercher ses os, ils n’ont trouvé que son crâne et ses fémurs. À cette époque, les Templiers étaient devenus des marins très talentueux, et le crâne et les fémurs du dernier Grand Maître devinrent leur symbole nautique : le Jolly Roger.

La légende du Crâne de Sidon contient également quelques indices sur la relation entre le Jolly Roger et les Templiers. Le Seigneur de Sidon, lui-même templier, a perdu son amour quand elle était jeune. La nuit de son enterrement, le Templier s’est faufilé pour retourner dans sa tombe et a déterré son corps. En même temps, il entendit qu’une voix lui demandant de revenir après neuf mois pour trouver un fils. Neuf mois plus tard, le Templier découpa sa tombe pour trouver une tête reposant sur les fémurs du squelette. La même voix lui dit de garder la tête, parce qu’elle bénirait tous ses efforts, et vaincra tous les ennemis devant lui. Le symbole du fils, ou le crâne et les os croisés, est devenu le symbole protecteur pour les Templiers.

Ce qu’il faut noter ici, c’est que le port de Sidon avait toujours niché des pirates. Par conséquent, le crâne et les os croisés auraient pu être utilisés en tant que symbole pour le drapeau pirate avant l’époque des Templiers.

Symbole funéraire

tetes-de-mort-cimentiers

Les adhérents du christianisme ont maintenu l’une des premières utilisations pour le symbole. Vers la fin de l’Empire romain et jusqu’au Moyen Age, les chrétiens utilisaient fréquemment le crâne et les os croisés pour symboliser la mort. Le symbole a été découvert dans diverses catacombes chrétiennes autour de l’Italie, dont certaines remontent aussi loin que le deuxième siècle.

Au cours de la même période précoce, le crâne et les os croisés ont également été considérés comme représentant «memento mori», un terme latin utilisé à Rome qui peut signifier, «souviens-toi que tu vas mourir».

Les entrées des cimetières espagnols étaient marquées avec un crâne réel et un set de fémur.s Tout au long du Moyen Age, beaucoup de gens, chrétiens ou non, ont commencé à faire sculpter le symbole dans leurs pierres tombales. Présent dans différentes manifestations à travers les traditions funéraires, le crâne et les os croisés est néanmoins un message universel clair : « chaque être humain meurt ».

Piraterie

Au cours de la fin du Moyen Age (années 1400), l’utilisation du crâne et des os croisés a commencé à diminuer jusqu’à ce qu’il soit presque inexistant. Le symbole a été essentiellement inutilisé au cours du siècle suivant, jusqu’à ce qu’il soit adopté par certaines des personnes les plus redoutées dans le monde : les pirates. À l’origine, les pirates utilisaient tout simplement un drapeau rouge sur le dessus du mât de leurs navires. Le rouge symbolisait l’effusion de sang, et le fait que les pirates n’allaient pas montrer aucune pitié. Cependant, de nombreux pirates ont rapidement changé leurs drapeaux du rouge au noir, et ont commencé à tisser le crâne et les os croisés. Le Jolly Roger, comme le drapeau est venu à être appelé, symbolisait la mort avec sa couleur et son symbole. Miranda Bruce-Mitford écrit, dans son livre, The Illustrated Book of Signs – Symbols, “The skull-and-crossbones emblem [was] adopted by pirates as a sinister warning of their evil intentions. » Ce drapeau remplissait les marins d’effroi et signalait la mort à tous ceux qui le voyait.

L’importance du symbole a voyagé avec l’importance de la piraterie, qui se termine au milieu des années 1700. Voici quelqu’uns des célèbres drapeaux pirates utilisés de 1693 à 1724 :

tete-de-mort-pirate-1
tete-de-mort-pirate-2
tete-de-mort-pirate-3
tete-de-mort-pirate-4
tete-de-mort-pirate-5
tete-de-mort-pirate-6

Histoire Moderne

Utilisé par les societés

tetesdemort-et-les-societes

Le crâne et les os croisés n’apparaissent pas à nouveau comme un symbole reconnu majeur pendant près de deux siècles, jusqu’à ce que les étudiants de la prestigieuse Université Yale forment une société secrète appelée « Skull and Bones ». Cette Société fait partie de l’université depuis 1832 et demeure l’une de ses plus exclusives. Cette société a embrassé (et continue à l’utiliser) le crâne et les os croisés en tant que symbole non pas pour représenter la mort, mais pour représenter le mystère entourant la société.

Utilisé par les équipes de sport

Le crâne et les os croisés ont été adoptés pour la première fois par une équipe sportive en 1870. Déjà populaire parmi de nombreuses équipes de football et les fans en Grande-Bretagne, le crâne et les os croisés a été officiellement adopté par « The Rugby Unions » en 1870. En 1876, il a été ajouté pour une brève période aux uniformes du Cardiff Rugby Football Club. Il a ensuite été retiré en raison de la pression des parents des joueurs.

Utilisé dans l’industrie Chimique

tete-de-mort-signe-poison

Peu de temps après la création de la société « Skull and Bones », le symbole a également pris une autre utilité. En 1829, la loi de l’État de New York a été modifiée pour exiger que tous les contenants de substances toxiques soient étiquetés. Le crâne et les os croisés ont d’abord illustré ces étiquettes en 1850.

Le crâne et les os croisés sont maintenant de moins en moins utilisés pour étiqueter les matières toxiques. Ses connotations négatives et anti-environnementales découragent les fabricants d’utiliser le symbole, bien qu’il apparaisse encore dans les avertissements pour les enfants, en raison de ses associations ludiques avec les pirates.

M. Yuk, est un graphique de marque qui informe la présence d’une substance toxique. Ce nouveau symbole est principalement destiné aux enfants comme un moyen moins abrasif de démontrer les dangers du poison.

Le crâne et les os croisés sont maintenant utilisés pour indiquer le poison

La « Occupational Safety and Health Administration (OSHA) » utilise le crâne et les os croisés dans divers signes « danger » pour marquer les matières extrêmement toxiques comme dangereuses pour la vie. Une étude menée à l’Université de l’Alberta à Edmonton au Canada en 1986 a déterminé le symbole le plus efficace du crâne et des os croisés dans le but d’universaliser véritablement une forme du graphique. Un crâne blanc et des os croisés dans un triangle noir ont été classés les plus efficaces pour communiquer le danger rapidement et efficacement. Bien que ce langage graphique ne soit pas utilisé universellement, l’étude a contribué à démontrer l’importance d’une connaissance symbolique généralisée.

Guerre

Le crâne et les os croisés qui ornent le drapeau pirate, plus populairement connu sous le nom de Jolly Roger, a également vu son utilisation dans la guerre navale. De temps en temps, le Jolly Roger est devenu un drapeau de la victoire, montré pour célébrer la ténacité qu’il faut pour arriver à la victoire, caracteristique commun aux vainqueurs et pirates.

Le crâne et les os croisés à travers différentes cultures

Dans la culture indienne, lord Shiva et la déesse Kali portent une guirlande de crânes et d’os. Dans la culture tibétaine et népalaise, des divinités comme Kurukulla portent également des colliers avec des crânes.

Le crâne et les os sont également un symbole néonazi important. La Tête de la Mort ou Totenkopf était un symbole du Schultzstaffel nazi (SS). Le but de l’organisation était de veiller sur les camps de concentration. L’utilisation actuelle du crâne et des os croisés nazis, est posthume : le crâne et les os croisés sont tatoués sur un corps pour indiquer que la personne a été tuée par l’un des soi-disant «ennemis» du mouvement. En revanche, dans l’Amérique précolombienne, le crâne et les symboles qui l’accompagnent ont été honorés et traités avec importance parmi les tribus aztèques et mexicaines.

Le symbole du crâne et les os en Croix ne s’est pas toujours révélé efficace. Avant la guerre contre le terrorisme, les sacs largement distribués de graines de maïs infectées par l’arsenic étaient étiquetés avec des symboles de crâne et d’os croisés. De nombreux résidents n’étaient pas au courant des connotations du symbole, ce qui a entraîné un certain nombre de décès.

La tête de mort et les os croisés sont devenus une icône de l’industrie du signe et de l’étiquetage à travers le monde. Bien que certaines preuves montrent que ce symbole et ses connotations ne sont pas toujours efficaces, le crâne et les os croisés redoutables éloignent généralement les gens des substances dangereuses et réduit le risque d’empoisonnement ou d’infection. Avec son histoire riche et aux multiples facettes, le symbole du crâne et des os croisés est devenu une icône mondiale de la sécurité. Son universalisation a conduit à son succès généralisé, mettant en garde contre les dangers des matières toxiques à travers l’histoire et pour les générations à venir.

credits:

source