LES SIFFLETS DE LA MORT

Les sifflets Aztèques de la mort

sifflets-de-la-mort-2

“Le son de la mort” : les mystérieux sifflets aztèques arrivent en Occident! Lorsque le moment était venu d’attaquer un groupe ennemi ou de se défendre, l’utilisation de cet instrument donnait à l’adversaire le sentiment que le nombre de combattants aztèques était beaucoup plus important

sifflets-de-la-mort-3

En forme de crâne humain, de visage de lézard ou de singe, les anciens Aztèques utilisaient les sifflets “de la mort” pendant les combats. Leur but ? Grâce à une structure intérieure particulière, ces appareils, qui existent en différentes tailles, “multiplient” le nombre de soldats, car le son qu’ils produisent ressemble aux cris des combattants.

Par conséquent, lors de l’attaque d’un groupe ennemi ou de la défense, les faire sonner donnait à l’adversaire le sentiment que le nombre de combattants aztèques était beaucoup plus important et étourdissait même l’ennemi.

Malgré son âge, au moins 500 ans, l’intérêt pour son étude a commencé à la fin du XXe siècle, suite à plusieurs découvertes de tombes où le corps reposait à côté de plusieurs de ces dispositifs. En fait, c’est l’ingénieur Roberto Velázquez Cabrera qui, après des recherches exhaustives sur ces instruments, a inventé le terme “sifflets de la mort”.

sifflets-de-la-mort-4

L’un des archéologues qui a découvert le site funéraire, et donc, l’une des premières personnes à avoir entendu le son de ces sifflets après plusieurs siècles, a décrit ce bruit comme “le cri de la mort elle-même”.

Cependant, d’autres théories indiquent un usage cérémoniel de ces pièces, pour être utilisées dans les sacrifices humains avec lesquels les bonnes récoltes étaient suppliées au dieu du vent, Ehécatl, pour provoquer la pluie. D’autres experts préfèrent leur attribuer des propriétés curatives, utilisées pour atteindre un état de “relaxation” lorsqu’elles sont combinées avec un certain type de drogue hallucinogène.

Et maintenant, ces “sifflets de la mort aztèques” arrivent en Occident, plus précisément en Espagne, grâce à une exposition à l’ExpoLab du Musée interactif de musique de Malaga (MIMMA) (disponible jusqu’au 12 avril 2020).